La baisse de l'euro fait le bonheur des exportateurs allemands

23.02.10

La baisse de l'euro face au dollar, consécutive à la crise financière grecque, fait le bonheur des exportateurs allemands.

L'affaiblissement de l'euro diminue le prix des produits allemands, y compris dans l'espace asiatique où beaucoup de monnaies sont ancrées au dollar. Cela consolide la position allemande en termes de compétitivité. Néanmoins, les experts se gardent de toute euphorie.

À court terme, l'affaiblissement relatif de l'euro face au dollar profite, en effet, aux entreprises de la zone euro qui se trouvent en concurrence directe avec des firmes de la zone dollar. C'est, par exemple, le cas de l'aéronautique. Mais pour une industrie exportatrice comme la construction mécanique, l'avantage est déjà moins net. En fait les désavantages liés à la parité monétaire s'y réduisent peu à peu. Actuellement, l'euro, dont le cours s'est stabilisé autour de 1,36 dollar, demeure surévalué face au billet vert. Le désavantage existant ne disparaîtrait qu'à une parité de 1,15 à 1,25 dollar pour un euro, estiment les experts.


Les associations d'exportateurs et d'industriels en Allemagne jugent toutefois que les avantages tirés de la baisse de l'euro ont leurs limites. Les constructeurs de machines allemands marquent surtout des points dans des domaines de fabrication spécifiques, qui sont moins sensibles aux prix que les machines standard. En outre, tous préfèrent un euro fort, reflet d'une situation économique solide, qu'un euro faible et une situation économique dégradée.

Enfin, l'importance de la parité euro-dollar à l'exportation est à relativiser sur le long terme. La part des exportations allemandes libellées en euros a augmenté de 7,5% pour atteindre 79% entre 2002 et 2007. En 2007, les exportations libellées en dollars ne représentaient déjà plus que 18% du total, et cette tendance s'est accentuée depuis. La part des importations allemandes libellées en dollars, elle, n'a que peu augmenté (de 20 à 23%), essentiellement du fait de l'alourdissement de la facture pétrolière.